Chaque semaine, nous vous présentons un partenaire : aujourd'hui, c'est au tour de l'entreprise SEM MUNOZ, présente en Loge Premium pour chaque match au Stade Aimé Giral.

 

Olivier Cases, PDG, présente son entreprise et répond à nos questions.

Présentation de l’entreprise

SEM MUNOZ est implantée à PIA, à proximité de l’aéroport de PERPIGNAN, aux portes de l’autoroute A9 et spécialisée, depuis bientôt 40 ans, dans l’usinage de pièces métalliques de précision en prototypes ou petites séries, la fabrication d’outillages et l’aménagement de poste de travail, essentiellement dans les domaines Aéronautique, Défense, Spatial mais aussi pour la plasturgie, l’agroalimentaire et les énergies.

  • Plus en détails, nous fabriquons :
    • Des pièces métalliques qui peuvent servir pour les moteurs d’avions, satellites, des machines agroalimentaire….
    • Des outillages pour l’aéronautiques
    • De la machine spéciale, de la conception à la réalisation.
    • Et même de la serrurerie classique

Nous assurons aussi de la maintenance machine et nous pouvons aussi en faire le reconditionnement ou l’amélioration.

Pour en savoir plus vous pouvez visiter notre site : http://www.sem-munoz.com/data-sem/telechargement/Brochure-SMZ-2019.pdf

  • Que représente l’USAP pour vous ?

Cela représente toute mon enfance, j’ai grandi autour du stade, et dans les gradins, je jouais même petit au bord du terrain.

L’USAP fait partie des symboles de notre région. En effet, nous avons certains symboles en dehors du drapeau catalan et de notre langue qui nous représentent, le Canigou, le Castillet,  l’USAP et/ou les Dragons Catalans et depuis quelques années, on peut aussi rajouter VISA pour l’image. Les 3 derniers sont de merveilleuses vitrines pour la communication sur notre région.

Pour l’USAP, si vous discutez avec des supporters, ils ne vous diront pas on va voir un match au stade Aimé Giral, mais on va à la Cathédrale, c’est dire ce que cela peut représenter dans leur esprit.

Tout ce qui tourne autour de l’USAP est très communiqué, parlé discuté, débattu… mais c’est un merveilleux outil de cohésion, de rassemblement, il n’y a qu’à voir les Penyes (Club de supporter), il y en a même à Paris.

La finale de Pro D2 est un merveilleux exemple de tout ce que peut représenter l’USAP, convivialité, échange, partage, émotion… et respect.

Les questions Rugby

  • Avez-vous une anecdote sur l’USAP ?

En 1998, en arrivant en famille, au Champ-de-Mars, dans les premiers pour la grillade, il y avait 2 camions de CRS pour nous interdire de faire griller. Mon père et mon parrain ont entamé des négociations, mais ils ne changeaient pas d’avis, il faut dire que nous étions moins de 20 personnes à ce moment. Puis d’un coup une marée sang et or est arrivée, comme sortie de terre, et là les CRS ont dit, « bon OK mais pas sur la pelouse ». Il faut dire que c’était impressionnant à voir, cette arrivée massive en sang et or. Je la revoie encore.

  • Quel est votre meilleur souvenir avec l’USAP ?

En dehors de 2009 et de 2018, je dirais le déplacement à Vannes lors de la saison 2017-2018. Avec ma femme nous avons eu la chance de pouvoir le faire avec les joueurs et de vivre de l’intérieur l’avant et l’après-match. A la fin du match, j’ai beaucoup apprécié le fait que les joueurs, dès leur arrivée dans le vestiaire, aient tous voulu appeler Jacques-Louis Potgieter pour qu’il partage cette victoire avec eux. J’ai trouvé que finalement les valeurs étaient toujours là malgré le professionnalisme.

  • Quelles valeurs du club retrouvez-vous dans votre entreprise ?
  1. Le rugby à beaucoup changé mais les valeurs restent les mêmes : rigueur, travail, combat, cohésion, échec, réussite, travail d’équipe, stratégie…. En effet, tout cela se retrouve dans le monde de l’entreprise, par exemple : sans Avants performants pas de jeu de Trois-quart, sans commerciaux, pas de production ; sans cohésion et liant impossible d’être performant, sans communication entre les employés pas de production efficace.
  2. Le club s’appuie beaucoup sur les jeunes issus du Centre de Formation, mais les encadre par des entraîneurs qui sont des anciens joueurs. Je trouve que c’est important. Dans mon entreprise, il en va de même, les anciens forment les nouveaux.
  3. Dans l’entreprise, il faut tirer les leçons du passé, mais il faut regarder vers l’avant si on ne veut pas mourir, c’est pourquoi nous investissons en permanence pour améliorer notre process, nos capacités, notre satisfaction client. Il faut en permanence se remettre en question, évoluer tout en conservant le savoir-faire.

La devise historique de l’USAP résume bien cet état d’esprit, ces valeurs…. « SEMPRE ENDAVANT, MAI MORIREM » en Français, « Toujours en avant, jamais nous ne mourrons ».

  • Drop (dans l’action) ou pénalité (réfléchi) ?

Ma fonction me l’impose, je dois travailler sur une stratégie à 3 ou 5 ans mais le quotidien d’une entreprise dépend de plusieurs facteurs, on peut les résumer en 3 catégories dans mon domaine : Marché, Humain, Production.

Exemples :

  1. Marché : Dans ce cas on est dans la Pénalité, on anticipe les besoins de nos clients et on étudie les besoins de nos prospects, en fonction de nos capacités et de notre stratégie de développement.
  2. Humain : On peut aussi bien anticiper un départ à la retraite et le préparer, mais on ne peut pas prévoir la maladie d’un salarié, par contre il faut prévoir des doublons. Donc plutôt dans la Pénalité.
  3. Production : on peut anticiper les besoins de demain ou réfléchir à une complémentarité pour augmenter nos capacités, mais on ne peut pas prévoir la casse d’une machine. Il faut savoir faire les 2 mais il arrive que l’on soit dans le Drop.

Selon ces critères, je dirai que le Drop permet de répondre à très court terme à une problématique, mais que la Pénalité y apportera une solution pérenne. Je dirais donc dans la Pénalité, en tout cas j’essaie, car pour moi le travail d’un bon patron se résume simplement : il doit savoir faire, faire, ne jamais faire, ne pas laisser faire et garder le savoir-faire.

SEM MUNOZ